Bien composter à la maison

Pour avoir un bon compost, 3 règles d’or : apporter 🥇 de la matière organique à décomposer 🥈 de l’eau 🥉 de l’air.

Pour la matière organique et l’eau, ça passera par ce que vous mettrez dans le compost (on en reparle dans les semaines qui viennent).

Pour l’air, il faudra des petits bouts pour la structure et brasser tout ce petit monde.

Voilà ce que ça donne :
1️⃣ Dans le doute, tu découpes. Découper ce qu’on va mettre au compost, ça vaut toujours mieux que de mettre un poireau entier (même si ce n’est pas grave et que ça arrive aux meilleur·es).
2️⃣ Avant d’aller le mettre au compost, stocker tout ça en cuisine dans une boite non hermétique (cf. l’air) et pas trop grande pour y aller + souvent.
3️⃣ Ritualiser le moment d’aller au compost, ça rend ça + facile (surtout quand le-dit compost se trouver au fond du jardin), trouver un moment où ça devient pratique et évident…
4️⃣ Quand on met au compost : on gratte la surface, on dépose en répartissant et on recouvre de matière brune (broyât, carton… on en reparle très vite).

Quand le bac est plein (ou quand on pense que c’est le moment de reprendre à zéro), on va faire ce qu’on appelle – pas très bien à mon humble avis – un retournement 🔃 . Il s’agit alors de vider le compost presque mûr pour l’utiliser ou le laisser encore mûrir quelque temps. Ça arrive une fois par an au moins.
En pratique : on met de côté ce qui est sur le dessus et pas encore décomposé, on vide le reste (pour l’utiliser ou le mettre dans un autre bac ou dans un tas qu’on couvre avec du paillis ou du carton) et on remet le non digéré dans le bac.
Et c’est reparti pour un tour !

Prochaines étapes : ce qu’on met dans le compost, soit le vert 💚 et le brun 🤎 !
Alors, vous apprenez des trucs ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.